Google+

Joseph Zirah – Directeur de l’ESII

Le 01-03-2015 00:00:00

CURSUS

Joseph Zirah, vous êtes donc un ancien E2I de Polytech, pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

J’ai deux casquettes, je suis chef d’entreprise depuis 1981 et également délégué bénévole auprès d’une association pour les malentendants.

En 1969 j’ai obtenu mon bac électrotechnique puis j’ai rejoint l’université, l’ISIM et j’ai été diplômé en 1974 option génie électrique.

Au niveau professionnel, j’ai travaillé à la suite de mon diplôme dans une société du groupe Alcatel qui concevait et mettait en place des systèmes de régulation et signalisation routière.

J’ai d’abord été ingénieur de développement puis ingénieur d’affaire au bout de 2 ans entre 1974 et 1979. Ensuite j’ai été professeur dans un lycée technique et au bout de cette expérience, j’ai rejoint Alcatel jusqu’en 1981.

J’ai ensuite crée ma société, c’était un vieux rêve qui me poursuivait depuis mes études.

Mais j’ai préféré avoir une expérience dans le privé et dans l’enseignement avant de me lancer dans l’entreprenariat.

METIER

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre société ?

La société se nomme ESII, nous avons 105 personnes et notre cœur de métier est l’accueil de visiteurs dans des lieux publics. Il peut s’agir d’un accueil spontané ou virtuel et dématérialisé.

Pour faire fonctionner ces différents canaux il faut un logiciel et des périphériques matériels et mettre en place des stratégies selon les souhaits du client.

Etant moi-même malentendant, j’ai conçu un produit breveté au sein de mon entreprise pour permettre aux malvoyant et malentendants d’accéder aux lieux qui diffusent des films ou conférences. Le système, Twa Vox, permet d’entendre directement un film ou un conférencier par une application mobile via un smartphone. Le son parvient directement à l’utilisateur. Pour plus de confort, le son peut aussi être adapté à leur oreille.

J’ai également une deuxième casquette - celle de Délégué régional du LR du Centre d'Information sur la Surdité et l'Implant Cochléaire (CISIC).

C’est une association qui anime des conférences une fois par mois dans le but d’apporter un maximum d’informations concernant la surdité et les moyens d’apporter du confort. Grâce au site web du CISIC, on peut accéder aux témoignages de personnes portant un dispositif ou implant cochléaire

En quoi votre passage à Polytech vous a aidé dans le développement d’ESII ?

Lorsqu’on fait des études d’ingénieur a Polytech, il n’y a pas que des matières liées à la spécialité comme l’électronique ou les automatismes, il y a également les langues, la compta, la finance, ce qui m’a beaucoup aidé. J’ai pu avoir les bases nécessaires pour démarrer mon projet même s’il y a fallu m’adapter.

ANCIENS

En quoi êtes-vous concernés par l’association des anciens ?

Essentiellement pour revoir d’anciennes connaissances, il est toujours agréable de garder contact et de se créer, d’entretenir son réseau (recherche d’emploi).

Il y a aussi la possibilité d’organiser des séminaires et conférences autour de sujets communs.

Quel a été le moment le plus marquant de votre cycle ingénieur ?

A l’époque quand l’ISIM a été créé, le ministre n’avait pas reconnu le diplôme que délivrait l’école – on a attendu avec inquiétude la reconnaissance du diplôme – on l’a su en juillet 74 alors que j’avais déjà trouvé un emploi en avril. Je me souviens de ce professeur qui m’a beaucoup marqué, le Président de l’époque, Mr Peytavin, qui s’est battu pour que le ministère reconnaisse la formation.