Google+

Lenny B. Conil - STE 2005

Le 01-03-2015 00:00:00

Je vis en Chine, à Hong Kong depuis plus de 8 ans maintenant après avoir brièvement travaillé à Montpellier, déjà pour Véolia à l’époque, juste après la fin des études à Polytech. Il existe ici une notion appelée ‘Guanxi’ ou 关系 (à prononcer Gouan-Chi), difficilement traduisible en un mot, dont le concept anglais de ‘networking’ est assez proche même si sa définition est plus restrictive. Le guanxi c’est en quelque sorte la mise en œuvre de ses réseaux et de ses relations inter-personnelles dans une dynamique de vie professionnelle, politique, associative, etc.

Cette notion existe dans toutes les cultures et dans tous les pays mais ces cercles concentriques de personnes dans son entourage ne sont pas vus et utilisés de la même manière partout. En Chine c’est une véritable base de la culture locale. Pour celles et ceux qui souhaitent en savoir plus, je vous invite à lire l’article court mais bien construit que Wikipédia consacre à ce concept (http://fr.wikipedia.org/wiki/Guanxi).

 

Il y eu d’abord la première année en Sciences et Technologies de l’Eau où, venant d’un DEUG, mon niveau académique était parfois un peu juste et j’avais validé cette 1ère année au rattrapage. Dans le cadre des élections au Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire de l’Université Montpellier 2, le BDE de l’époque cherchait des volontaires pour y représenter l’école. J’ai dit oui sans savoir ce à quoi je m’engageais, et je ne le regrette toujours pas...

A démarré ainsi un tout autre pan de mon éducation universitaire: l’investissement associatif. Pour la petite histoire lors de mon – très long – entretien exploratoire à l’entrée dans le groupe Véolia quelques années après, c’est de ce que j’avais fait dans des associations dont nous avons surtout parlé, les diplômes ayant à peine été évoqués.

De là, j’ai commencé à rencontrer les étudiants d’autres filières, à discuter régulièrement avec les responsables du BDE, à échanger avec les responsables pédagogiques de Polytech, etc. Le réseau commençait à se créer. Je me suis ensuite vu proposer le poste de Vice Président du BDE qui m’a préparé à en prendre la présidence en Janvier suivant. Les relations nouées avec le directeur de l’école, le responsable de département, la directrice pédagogique m’ont beaucoup apporté sur la manière d’évoluer et de se comporter en entreprise. Je peux dire que j’utilise encore cet apprentissage aujourd’hui, bien plus que les calculs complexes d’hydraulique en régime turbulent.

J’ai pu ainsi participer à plusieurs fédérations étudiantes, à comprendre ce qui nous distinguait, nous ingénieurs, des autres étudiants et à apprécier les qualités et les défauts de nos formations. Dix ans après je suis encore en contact avec certaines de ces personnes rencontrées car nous partagions une curiosité et une appétence pour l’entretien de ses réseaux personnels. Bien des défis que nous rencontrions au BDE dans la gestion de l’association et l’organisation de nombreux évènements ont trouvé leur résolution dans les réseaux que les différents membres du bureau entretenaient ici et là. Cela nous a notamment permis d’organiser en 2004 le 1er symposium Polytech’ au Corum de Montpellier, une manifestation bien plus grande que ce qui se fait habituellement.

 

J’ai continué ensuite cet investissement dans l’associatif et dans la constitution de réseaux une fois à Hong Kong. J’y ai contribué en participant activement à l’Union des Français de l’Etranger dont je suis devenu Vice Président, en créant un organisme caritatif le Fonds Associatif de Solidarité, en étant partie intégrante de la communauté française locale via la Chambre de Commerce et d’Industrie en tant que photographe, la troupe de théâtre Hong Kong Theater Association où je joue régulièrement sur les planches pendant mon temps libre. Cela s’est aussi fait en adhérant à Racines Sud (http://www.racinessud.com/), ce que je vous engage toutes et tous à faire, l’association des languedociens expatriés dans le monde qui m’a fait l’honneur de me nommer Ambassadeur 2013/2014 du Prix de l’Expatriation en Décembre 2013. Polytech’ Montpellier et Racines Sud viennent d’ailleurs de signer un partenariat pour aider les étudiants à trouver emplois et stages. Bien entendu faire partie de Polytech Connect, l’association des anciens, est une étape obligatoire pour tout étudiant souhaitant bénéficier à long terme de la notoriété de son école et de son réseau.

 

Donc une construction permanente et une animation de ses réseaux, un développement de son guanxi, permet de projeter à long terme ses différents centres d’intérêt. Cela est bien entendu applicable à sa vie personnelle autant qu’à sa vie professionnelle.

J’engage donc toutes et tous dès que vous en avez l’opportunité à construire et à utiliser votre guanxi. Même si vous ne mettez jamais les pieds en Chine, cela fera de vous à coup sûr un meilleur ingénieur !

 

Lenny B. CONIL

STE 2005

Président BDE 2004